Les technologies disruptives remettent en cause l’approche traditionnelle du secteur des infrastructures
Insights

Les technologies disruptives remettent en cause l’approche traditionnelle du secteur des infrastructures

  • Le monde change, l’innovation agissant comme un catalyseur de croissance et de réussite. Les investissements traditionnels dans les infrastructures sont remis en cause par le rythme de l’innovation
  • La technologie et les ruptures qu’elle engendre vont certainement créer des opportunités parmi tous les types d’actifs des infrastructures
  • Pour assurer des rendements stables sur le long terme, l’investissement dans les infrastructures doit être extrêmement flexible,pour pouvoir exploiter rapidement les nouvelles opportunités qui émergent quotidiennement

Les tendances en matière de technologie et l’innovation disruptive ont un impact sur la classe d’actifs des infrastructures. Désormais, l’investissement dans les infrastructures exige une approche ouverte, dynamique et flexible, qui prend en compte l’innovation du secteur et saisit l’impact potentiellement positif sur les rendements des technologies émergentes et des tendances futures.

L'innovation disruptive est partout

Le monde change, l’innovation agissant comme un catalyseur de croissance et de réussite. Les entreprises qui tardent à innover ont plus de chance de perdre des parts de marché, de voir leur productivité, leur efficacité et leur rentabilité réduites et même de devoir tirer le rideau. La faillite de Kodak, après des années de prospérité, en est l’un des exemples les plus célèbres, mais il en existe beaucoup d’autres, notamment l’effondrement de Blockbuster avec l’arrivée des services de streaming, tels que Netflix, qui ont remplacé les acteurs traditionnels du secteur du divertissement.

Il existe quatre principaux types d’innovation. L’innovation incrémentielle qui améliore constamment les produits et services par petites touches ; l’innovation architecturale qui modifie la façon dont les composants sont assemblés ; l’innovation radicale qui exploite les nouvelles technologies et nouveaux modèles d’entreprise ; et l’innovation disruptive qui applique de nouvelles technologies ou de nouveaux process au marché actuel d’une entreprise.

L’innovation peut à elle seule modifier les process (par exemple, la ligne de production d’une usine), mais ne compromet pas nécessairement l’avenir à long terme d’un secteur. Cependant, l’innovation disruptive peut détruire ou modifier irrémédiablement des secteurs entiers.

Les investissements traditionnels dans les infrastructures sont également remis en cause par le rythme de l’innovation. Alors que les baby-boomers cèdent leur place à la génération X, qui la céderont à leur tour à la génération Y, la technologie transforme la façon dont nous travaillons, nous déplaçons et vivons quotidiennement. L’innovation impacte tous les aspects de notre vie : les voitures que nous conduisons, les transports que nous utilisons, la façon dont nous construisons nos maisons, comment nous les chauffons et les alimentons ou encore le mode de livraison de nos achats.

En quoi cela est-il important pour les investisseurs en infrastructures ?

Nombre d’actifs d’infrastructures ont une durée de vie de 50 ans ou plus, ce qui signifie que toute décision d’investissement prise aujourd’hui aura des répercussions durables. Il est donc essentiel pour les investisseurs d’adopter une perspective à long terme. Toutefois, pour assurer des rendements stables à long terme dans un environnement en rapide mutation, l’investissement dans les infrastructures doit s’articuler de façon à être extrêmement flexible pour pouvoir saisir rapidement les nouvelles opportunités et disposer des capitaux requis pour y parvenir. Aujourd’hui, l’environnement n’est plus propice aux véhicules d’investissement dans les infrastructures traditionnels, qui enferment les investisseurs dans des structures rigides, avec des périodes d’investissement limitées, qui ne permettent pas de dégager des liquidités sans recourir à l’emprunt, ce qui augmente le profil de risque de l’actif.

Exploiter le potentiel de creation de valeur dans un environnement en rapide mutation ?

La technologie et l’innovation disruptive créeront probablement des opportunités parmi tous les types d’actifs des infrastructures de base, notamment les services aux collectivités, les transports, les infrastructures sociales, les énergies renouvelables et les télécommunications. Toutefois, il est difficile de prédire exactement quelles activités seront le plus impactées, car le phénomène sera fortement dépendant de la réglementation et des financements du gouvernement.

Dans le domaine des véhicules électriques (VE), par exemple, les plus grands constructeurs automobiles mondiaux doivent présenter plus de 20 modèles de VE au cours des prochains 24 à 36 mois, propulsant les ventes de VE de 164 000 unités en 2014 à 1 695 000 en 2019. Les taux de charge des VE en forte augmentation devraient donc mettre sous pression les réseaux de distribution locaux, qui nécessiteront des ressources supplémentaires pour gérer ces nouveaux niveaux de consommation. Dès lors qu’un nombre plus élevé de VE se connecteront au réseau, des pics de demande importants impacteront probablement la stabilité, l’efficacité et les coûts d’exploitation du réseau. Les propriétaires de ces réseaux ont donc l’obligation de réaliser des investissements substantiels dans leurs infrastructures pour remplacer et mettre à niveau les réseaux de distribution, au risque de ne pas pouvoir répondre à cette nouvelle demande.

Le secteur du transport international, où l’adoption en masse de l’impression en 3D pourrait aussi impacter de façon significative le transport, la logistique ou l’expédition de conteneurs, constitue également un bon exemple. La possibilité de construire des composants de plus en plus gros et complexes, plus rapidement et pour un coût moindre qu’auparavant, pourrait transformer la façon dont beaucoup de grandes infrastructures portuaires opéreront à l’avenir.

La conteneurisation, par exemple, est l’une des plus importantes inventions du 20e siècle en matière de logistique et l’un des moteurs de la mondialisation d’après-guerre. Les conteneurs ont contribué à réduire les temps et les coûts du transport, qui s’est par conséquent développé à l’échelle mondiale pour devenir un secteur hautement automatisé et normalisé qui a modelé l’infrastructure sous-jacente de nombreux ports européens ou hubs d’expédition. Toutefois, à mesure que les coûts diminuent et l’impression en 3D gagne en efficacité, la direction, la rapidité et le volume des flux de marchandises évoluent. Par exemple, il est probable que l’on transportera de moins en moins de produits finis au profit des matières premières, des produits semi-finis ou des cartouches d’impression 3D. Alors que les technologies d’impression s’améliorent et se généralisent, les ports qui ne seront pas en mesure de s’adapter à la diversification du fret courent davantage le risque de disparaître.

Une solution d'investissement dans les infrastructures taillee pour le futur

Avec un peu de savoir-faire, les investisseurs peuvent se tenir informés des technologies disruptives et les utiliser à leur avantage pour sélectionner les actifs de leur portefeuille dédié aux infrastructures. Où doivent-ils chercher et quelle approche doivent-ils adopter vis-à-vis de cette classe d’actifs ?

L’investissement dans les infrastructures européennes est actuellement très insuffisant pour couvrir les besoins. La Commission européenne estime que l’Europe a besoin de 2 000 milliards d’euros d’investissements dans les infrastructures d’ici 2020 et qu’il faudra injecter 600 milliards par an pour que l’Europe reste compétitive. Cependant, les gouvernements européens disposent de ressources relativement limitées, étant donné qu’ils peuvent difficilement recourir à l’emprunt ou lever de nouveaux impôts, ce qui laisse le champ libre aux investisseurs institutionnels pour fournir les capitaux nécessaires. L’Europe dispose également des meilleurs actifs d’infrastructure à l’échelle planétaire, en avance en termes d’innovation technologique et d’exploitation, et ce dans l’un des marchés les plus stables et attractifs au monde.

Il s’agit donc d’une opportunité intéressante pour générer des rendements à long terme stables, peu exposés à l’inflation, à partir d’un portefeuille de grande qualité composé des meilleurs actifs d’infrastructure, mais aussi pour bénéficier du potentiel haussier des innovations disruptives.

Un certain nombre de caractéristiques peuvent définir un portefeuille d’actifs d’infrastructure « gagnant ». Tout d’abord, étant donné que les actifs d’infrastructure et les objectifs des fonds de pension s’inscrivent par nature sur le long terme, un véhicule d’investissement de type ouvert est essentiel. Les gérants peuvent ainsi adopter une gestion de portefeuille réellement active, cibler des rendements stables et peu volatiles plus efficacement et intervenir rapidement quand des opportunités sont identifiées. Pour l’investisseur sous-jacent, une structure dynamique et flexible devrait permettre d’accéder à des investissements qui surperforment les engagements, tout en restant attentif à un environnement en constante évolution.

Deuxièmement, les investisseurs doivent être capables de créer un portefeuille d’actifs d’infrastructure qui pourra résister à différentes influences, telles que la volatilité du cycle économique ou l’apparition de technologies disruptives. En utilisant des techniques de construction de portefeuille dynamiques, les gérants peuvent diversifier leurs investissements afin de faire face à des conditions macroéconomiques diverses et variées. Au sein de cette structure, ils peuvent également avoir recours à un certain nombre de leviers opérationnels pour créer de la valeur et améliorer leurs rendements.

Toute approche en matière d’investissement qui se respecte doit également intégrer la notion de durabilité. Dans le secteur des infrastructures, la durabilité va de pair avec des rendements séduisants à long terme. Il est donc essentiel d’incorporer des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance dans l’analyse et les prises de décision d’investissement. Les risques réglementaires et politiques en font partie intégrante, naturellement. Si un projet ou un actif est écologiquement et/ou socialement durable, le risque d’intervention négative de la classe politique ou des organismes réglementaires est moindre à long terme.

Enfin, les gérants de fonds doivent comprendre l’innovation et disposer de l’expertise nécessaire pour identifier les technologies qui se transformeront en tendances susceptibles d’impacter les différents types d’actifs. En appliquant cette expertise lors de l’allocation d’actifs, ils pourront capitaliser sur les rendements positifs qui peuvent être générés par les technologies disruptives. Par exemple, pour revenir aux évolutions du secteur du transport international, une structure ouverte, et donc la possibilité d’investir constamment pour soutenir les actifs, est essentielle pour disposer de la flexibilité, du dynamisme et l’investissement continu nécessaires à la création de valeur permanente sur le long terme.

22 octobre 2018
Heiko Schupp
Heiko Schupp
Global Head Of Infrastructure Investments
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Sujets clés
Sujets connexes
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Sujets clés
Sujets connexes

PDF

Les technologies disruptives remettent en cause l’approche traditionnelle du secteur des infrastructures

Informations importantes

Les analyses contenues dans ce document ont été produites par Columbia Threadneedle Investments dans le cadre de ses propres activités de gestion d’investissement. Il se peut qu’elles aient été utilisées avant la publication et elles ont été incluses dans ce document à titre informatif. Les opinions exprimées dans le présent document sont celles de leur auteur à la date de publication mais peuvent changer sans préavis. Les informations obtenues auprès de sources externes sont jugées fiables mais aucune garantie n’est donnée quant à leur exactitude ou à leur exhaustivité. Toute action ou obligation spécifique mentionnée ne saurait être considérée comme une recommandation d’investissement.

Eclairages connexes

24 septembre 2021

Pourquoi opter pour l’investissement durable au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni a vu ses taux de couverture vaccinale progresser alors que les restrictions dues à la pandémie ont commencé à être allégées au début de l’été. les maths n’étaient pas cool et il fallait porter du rose à toutes les occasions.
Temps de lecture - 3 min
24 septembre 2021

Repenser le but social de la gestion d’actifs

J’ai grandi dans la banlieue de Boston dans les années 1990, bercée par une poignée de certitudes : l’équipe des Red Sox ne gagnerait jamais les World Series, les filles qui aimaient les maths n’étaient pas cool et il fallait porter du rose à toutes les occasions.
Temps de lecture - 3 min
24 septembre 2021

Jin Xu

Portfolio Manager

La Chine sur la voie du progrès en matière d’investissement responsable, malgré des contradictions

Le gouvernement chinois a dévoilé son intention de réduire ses émissions de charbon à partir de la fin du plan quinquennal actuel qui s’achève en 2025, mais de nouvelles usines à charbond’une 2060. durée de vie de 40 ans sont difficilement compatibles avec un objectif de carbo-neutralité d’ici 2060.
Temps de lecture - 3 min

Vous pourriez aussi aimer

Approche d’investissement

Le travail d’équipe est fondamental à notre processus d’investissement qui est structuré de manière à évaluer et mettre en pratique de solides idées d’investissement pour nos portefeuilles.

Fonds et VL

Columbia Threadneedle Investments dispose d’une gamme complète de fonds d’investissement répondant à un large éventail d’objectifs.

Compétences d'investissement

Les capacités d’investissement de Threadneedle sont fondées sur la culture de collaboration de notre plate-forme d’investissement unique.