Facteurs de risque de récession : coronavirus + choc pétrolier + ... ?
Insights

Facteurs de risque de récession : coronavirus + choc pétrolier + … ?

Au départ, c’est l’offre qui inquiétait. A présent, c’est la demande qui est en péril. Le risque de récession est élevé.

Lorsque le nouveau coronavirus a commencé à faire parler de lui en Chine, l’analyse économique se concentrait généralement sur la perturbation des chaînes d’approvisionnement et son impact pour les entreprises incapables de relocaliser facilement leur production. Maintenant que les entreprises et les ménages réduisent leurs dépenses, la chute de la demande a fait surgir le spectre d’un net ralentissement de la croissance économique. L’effondrement des cours du pétrole n’a rien arrangé.

Les perspectives de croissance s’assombrissent

Le risque de récession est désormais très élevé et nous pensons que l’économie américaine n’en ressortira pas indemne. L’ampleur du ralentissement dépendra de la gravité et de la durée de l’épidémie de coronavirus. Si cette dernière perturbe durablement (au-delà des deux prochains mois) la demande, l’impact sur la croissance sera plus significatif. Dans certains pays d’Asie orientale Chine/Singapour/Hong Kong), les mesures draconiennes prises rapidement ont permis d’endiguer l’épidémie, mais, comme le montrent les statistiques chinoises (et sans doute les statistiques italiennes à venir), ces mesures ont aussi lourdement pesé sur la croissance économique.

Autres freins à la croissance : la baisse des cours du pétrole et des dépenses d’investissement

Comme nous avons pu le voir en 2015/2016, la baisse des cours du pétrole ne constitue plus un avantage net pour l’économie américaine. Elle pourrait être bénéfique pour les finances des ménages mais, en période d’incertitude, il est probable que ces derniers préfèrent épargner les sommes ainsi économisées plutôt que de les dépenser. Compte tenu de la forte baisse des cours du pétrole, on ne peut exclure le risque de dégradation du crédit et de multiplication des défauts de paiement parmi les émetteurs du secteur de l’énergie. Ces difficultés pourraient ensuite se propager à d’autres pans de l’économie américaine. Nous tablons sur une forte baisse des dépenses d’investissement en général, notamment dans le domaine de la production d’énergie où ils pourraient être totalement gelés en 2020, ce qui pèserait également sur la croissance.

Guetter la réaction des ménages et des entreprises

Le cycle d’expansion actuel (le plus long de l’histoire) a été émaillé de trois trimestres de croissance négative. Cela n’a pas empêché l’économie de poursuivre sa longue ascension.

Figure 1 : Croissance du PIB réel des Etats-Unis

United States real GDP growth

Source: Macrobond; Bureau of Economic Analysis; Columbia Threadneedle Investments.

S’il s’avère que les mesures d’endiguement et d’atténuation portent leurs fruits aux Etats-Unis, l’impact du coronavirus sur la croissance devrait être éphémère. Outre les mesures sanitaires, il dépendra en bonne partie de la réaction des entreprises et des ménages. Les entreprises américaines verront probablement leurs bénéfices diminuer mais leur réaction est incertaine. Les ménages devraient également être affectés et il conviendra de surveiller leur comportement pour savoir s’ils réduiront drastiquement leurs dépenses ou s’ils profiteront de la baisse des taux d’intérêt et des cours du pétrole. L’indice des directeurs d’achat de l’Institute of Supply Management, les indicateurs de la confiance des ménages et des entreprises, ainsi que les statistiques mensuelles de l’emploi salarié sont quelques-uns des indicateurs avancés permettant d’évaluer cette réaction.

Catalyseurs d'une amélioration

La limitation de la propagation du coronavirus sera le principal catalyseur d’amélioration. Les mesures monétaires et budgétaires seront également importantes pour veiller à ce que les entreprises puissent continuer à emprunter si nécessaire pour financer leurs opérations :

Politique monétaire – Il est évident que la Réserve fédérale américaine se prépare à agir vite et avec force. Les mesures et les indications prospectives de la Fed peuvent contribuer à stabiliser l’humeur des marchés. La baisse des taux directeurs est moins importante que le maintien des canaux du crédit. Il sera essentiel de préserver la liquidité des marchés.

Politique budgétaire – Il faudra également une réponse budgétaire ciblée et judicieuse pour soutenir la demande. Aux Etats-Unis, l’administration Trump a annoncé le déblocage de 8,3 milliards de dollars de fonds d’urgence et ce n’est sans doute qu’un début. En Chine, nous avons pu observer une réponse coordonnée avec des programmes monétaires, budgétaires et de crédit.

Conclusion

Si le coronavirus perturbe durablement (au-delà des deux prochains mois) la demande, l’impact sur la croissance sera plus significatif. Les publications de statistiques économiques pourraient continuer d’alimenter la volatilité, le temps que les investisseurs les digèrent. Ces derniers devront impérativement faire la distinction entre les statistiques de nature rétrospective (ventes

20 mars 2020
Anwiti Bahuguna
Anwiti Bahuguna
Head of Multi-Asset Strategy, Amérique du Nord
Partager l’article
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Sujets clés
Sujets connexes
Partager l’article
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Sujets clés
Sujets connexes

PDF

Facteurs de risque de récession : coronavirus + choc pétrolier + … ?

Informations importantes

Les analyses contenues dans ce document ont été produites par Columbia Threadneedle Investments dans le cadre de ses propres activités de gestion d’investissement. Il se peut qu’elles aient été utilisées avant la publication et elles ont été incluses dans ce document à titre informatif. Les opinions exprimées dans le présent document sont celles de leur auteur à la date de publication mais peuvent changer sans préavis. Les informations obtenues auprès de sources externes sont jugées fiables mais aucune garantie n’est donnée quant à leur exactitude ou à leur exhaustivité. Toute action ou obligation spécifique mentionnée ne saurait être considérée comme une recommandation d’investissement.

Eclairages connexes

24 septembre 2021

Pourquoi opter pour l’investissement durable au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni a vu ses taux de couverture vaccinale progresser alors que les restrictions dues à la pandémie ont commencé à être allégées au début de l’été. les maths n’étaient pas cool et il fallait porter du rose à toutes les occasions.
Temps de lecture - 3 min
24 septembre 2021

Repenser le but social de la gestion d’actifs

J’ai grandi dans la banlieue de Boston dans les années 1990, bercée par une poignée de certitudes : l’équipe des Red Sox ne gagnerait jamais les World Series, les filles qui aimaient les maths n’étaient pas cool et il fallait porter du rose à toutes les occasions.
Temps de lecture - 3 min
24 septembre 2021

Jin Xu

Portfolio Manager

La Chine sur la voie du progrès en matière d’investissement responsable, malgré des contradictions

Le gouvernement chinois a dévoilé son intention de réduire ses émissions de charbon à partir de la fin du plan quinquennal actuel qui s’achève en 2025, mais de nouvelles usines à charbond’une 2060. durée de vie de 40 ans sont difficilement compatibles avec un objectif de carbo-neutralité d’ici 2060.
Temps de lecture - 3 min

Vous pourriez aussi aimer

Approche d’investissement

Le travail d’équipe est fondamental à notre processus d’investissement qui est structuré de manière à évaluer et mettre en pratique de solides idées d’investissement pour nos portefeuilles.

Fonds et VL

Columbia Threadneedle Investments dispose d’une gamme complète de fonds d’investissement répondant à un large éventail d’objectifs.

Compétences d'investissement

Les capacités d’investissement de Threadneedle sont fondées sur la culture de collaboration de notre plate-forme d’investissement unique.